travail avec Armelle

 

La deuxième année de formation en art théapire évolutive est davantage tournée ver l'autre. Après avoir librement discuté à deux on propose la problématique à travailler chacune son tour.

Premier travail en binôme avec Armelle

 

La problématique de Armelle : se sentir enfermée dans un système cartésien et donc dans sa vie.

Ma proposition : Dessiner la maison de ses rêves pour ne pas être obnubilée par les règles.

 dessin Sigolène maison 1

 

 

 

 

 

 

Elle dit que finalement elle a refait le dessin qu'elle faisait lorsqu'elle était petite de façon consciente.

Elle n'a donc pas encore réussi à franchir le pas d'une nouvelle étape.

Elle est encore dans son corps et dans son coeur d'enfant.

De plus la consigne n'était pas cela. Armelle a un gros problème avec les consignes. Et pourtant elle y est très attentive, voulant toujours faire de son mieux.

Armelle retourne à un dessin qui la rassurait. Elle s'y sentait à l'abris. Et pourtant la maison est coincée entre des montagnes. Ces montagnes ressemblent à des seins. Ils sont très pointus et cela évoque, pour elle, l'aspect rigide de sa mère qui dominait tout : elle, ses trois frères et soeurs et son père. Elle évoque le besoin de hauteur : se sentir au-dessus des autres ? Le chemin qui mène à la maison est comme de l'eau ou pire comme de la glace. Il est sali par trois tâches marrons. Peut-être ses frères et soeurs.

.

Le rose très puissant de la maison ainsi que le toit rouge évoque la souffrance, la honte. Elle est accentuée par le côté très anguleux (carré plus triangle, croix dans les fenêtres)

 

Un premier élément positif est cette fumée qui sort de la maison. Pour Armelle il s'agit de son père décédé depuis et qui essaye d'échapper enfin à l'autorité de sa femme. Le petit carré vert représente l'endroit où aujourd'hui elle se sent bien : c'est son carré de jardin. mais comme il est petit ....

 

Armelle va brûler :

l'enfermement de sa jeunesse et actuelle de son enfant intérieur.

La croyance que lorsqu'on est sur terre on souffre.

La toute puissance féminine de sa mère mais également d'elle avec ses enfants.

Elle va leur demander pardon d'avoir été une mère si imposante.

 

Elle a besoin d'une maison accueillante.

 

 

Effet miroir :

Lorsque j'étais petite j'avais moi même dessiné la maison de mes rêves. Je me souviens qu'elle était de plain-pied, tout en longueur. J'avais dû rajouter une feuille. A chacune des fenêtres j'avais mis des objets afin que l'on voit à quoi correspondait la pièce. Avais-je l'esprit plus pratique à l'époque que maintenant ?

 

Mais bon il n'y avait pas de montagne. La maison n'était pas rose et prenait plus de place que ma feuille.

 

 

Deuxième dessin :

on revient sur l'idée de la maison accueillante telle qu'elle la voit aujourd'hui.

Et voilà

 20150111 150518 redim1024

 

 

 

 

 

 

Quelque chose de très mental.

Toutes les formes géométriques simples y sont représentées.

Cela m'évoque les 4 points cardinaux : aller dans un sens bien précis mais sans savoir lequel...

Armelle me parle de cette maison où elle se voit habitant avec 2 autres personnes qui seraient à son service. Un homme pour bricolage et jardin et une femme pour le ménage et la cuisine. Lorsqu'elle expliquera son dessin à Sylvie elle n'en parlera plus....

Pour sa partie, elle choisit le losange (côté gauche) et on retrouve le rose. celui là est plus pastel donc peut-être moins de honte après avoir brûlé son premier dessin mais il reste le besoin de paraître en tant que femme.

Elle tire la conclusion que cette maison n'est pas réalisable et elle va la brûler.

 

 

Le lendemain nous sommes assistées de Elizabeth qui parle assez rapidement pour Armelle de "sortir du cadre".

Armelle se sent capable de faire une maison tout à fait réalisable alors que la veille elle s'en disait incapable.

elle a même dessiné quelqu'un pour la rendre vivante et incarnée.

 Photo

 

 

 

 

 

 

Lorsque Elizabeth a parlé de sorti du cadre j'ai tout de suite compris " l'effet miroir" vue la réaction que j'ai eu lorsqu'elle a prononcé ces mots.

J'ai éprouvé un besoin de franchir ces barrières qui barrent mon chemin vers l'aide que j'aimerais apporter aux personnes.... vers une liberté d'expression....

 

Tout de suite j'ai l'image d'un cheval (mon animal fétiche) sautant une barrière

Qu'est-ce qu'est cette barrière une entrave à la liberté ??

 20150120 160231 001

 

 

 

 

 

 

Et de l'autre côté de la barrière :

 

un équilibre  ?20150120 160243

 

 

Un tronc très volumineux par rapport au feuillage... J'aurais préféré l'inverse :)

Je brûle donc ce dessin que je trouve trop déséquilibré. J'ai alors l'impression d'avoir la force du cheval en moi. Etrange impression ! Waouh !

Il va faloir dompter cette force, la maîtriser. arriver à la canaliser. Effectivement l'arbre est indispensable pour l'équilibre. je redessine ce arbre énorme et solide aussi fort que le cheval et là je trouve et surtout je ressens mon équilibre. Malheureusement je n'ai plus ce dessin. Alors, lorsque le besoin se fait sentir je le redessine dans ma tête. et cela me permet de retrouver mon équilibre instantanément.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×